Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Arts-chipels.fr

Bon vent aux Trois Jeans de Nantes qui soufflent leurs 50 bougies

Bon vent aux Trois Jeans de Nantes qui soufflent leurs 50 bougies

Cinquante années à parcourir les routes de Bretagne et de France. Tri Yann raccroche en 2020 ses cirés-concerts à la patère, sans cesser toutefois son activité.

Ils ont figuré parmi les artisans du renouveau breton des années 1970 qui a vu le retour des festou noz et l’arrivée sur le devant de la scène de la musique traditionnelle bretonne et celtique. On les a vus aux côtés d’Alan, Stivell, de Gilles Servat ou de Dan Ar Braz tout comme avec Hughes Aufray, Gabriel Yacoub ou Angelo Branduardi. Ils ont traversé un demi-siècle de chanson et de musique, du folk-song au jazz et au rock, remis au goût du jour les vieilles chansons telles le Loup, le renard et la belette ou Dans les prisons de Nantes et détiennent le record de longévité des groupes français. Ils disent aujourd’hui « au revoir » (Kenavo) à la scène, en compagnie du chœur d’hommes les plus célèbre de Bretagne, les Marins d’Iroise.

Constitué en 1992 à partir de la Chorale d’Iroise, au sein de l’Amicale laïque de Plouzané, ce chœur de 25 chanteurs et musiciens, exclusivement masculin, a un répertoire centré sur les chants de marins. Il est né sur les quais du port de Brest à l’occasion des fêtes maritimes et des premiers rassemblements de vieux gréements. Leurs harmonies ciselées, leur art de la polyphonie en fait un groupe de chanteurs masculins de premier plan.

Associant Nord et sud de la péninsule bretonne, terre et mer, on reste Breizh à tout moment. Appel du large dans une embarcation de souvenirs garanti !

Dimanche 13 septembre à Brest Arena (29) à 15h30

Dimanche 20 septembre au Dôme, Palais des sports de Paris (75), à 15h30 et 20h

Location : www.olympiahall.com ou www.ledomedeparis.com

Bon vent aux Trois Jeans de Nantes qui soufflent leurs 50 bougies

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article