Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Arts-chipels.fr

Instruments anciens au Théâtre des Abbesses le 8 décembre. À découvrir ou à redécouvrir

Instruments anciens au Théâtre des Abbesses le 8 décembre. À découvrir ou à redécouvrir

Un programme empli de découvertes en perspective pour tous les curieux qui aiment explorer les origines de notre musique occidentale et ses sonorités disparues ou oubliées.

L’Ensemble Mandel, créé en 2014, met côte à côte sur scène de remarquables instruments anciens et des instruments électroniques. Il combine des synthétiseurs modulaires avec des instruments médiévaux uniques, qu’on a rarement l’occasion d’entendre tels que le clavicymbalum, l’organistrum et la vièle. Pour ce concert ils nous font partager la redécouverte ou la reconstitution d’un patrimoine musical ancien et celle d’instruments disparus parfois depuis des siècles.

Instruments et sonorités oubliés

Connaissez-vous l’organistrum, cet ancêtre de la vielle à roue qui accompagnait l’organum, un chant religieux des XIe ou XIIe siècle ? Le clavicymbalum, un psaltérion auquel on a adjoint un clavier pour disposer de notes chromatiques qui apparaît dans les répertoires musicaux des XIVe et XVe siècle ? Ou la flûte en corne, sorte de pipeau au son plus grave taillé dans une corne évidée à la tessiture d’une seule octave ? Le rebec, probablement introduit par les Maures en Espagne entre le XIIe et le XIVe siècle et introduit dans la musique médiévale et de la Renaissance, est mieux connu. Cette forme de vielle proche de la lyra, creusée dans une seule masse de bois, possédait de deux à quatre cordes en boyau qu’on jouait avec un archet. Du côté des instruments à vent, le serpent, ainsi nommé en raison de sa forme contournée en S, en bois recouvert de cuir est rattaché aux cuivres en raison de la manière dont on le joue, existait déjà au XVe siècle. Il a été remplacé par l’ophicléide, au corps de métal, qui s’est enrichi de clés.Quant à la guimbarde, cette petite armature de métal munie d’une languette fine qui vibre qu’on place entre les dents, sans doute un des plus anciens instruments du monde, dont la plus ancienne trace écrite remonte au IIIe siècle avant Jésus-Christ en Chine, elle a perduré jusqu’à nos jours dans la musique populaire et folklorique.

Une promenade musicale du XIIe au XVIIe siècle

Rares sont les occasions d’entendre des morceaux de musique ancienne. Il est donc tout à fait passionnant d’avoir au programme des musiques aussi diverses que les chants d’Hildegarde Von Bingen, cette grande mystique du XIIe siècle, des musiques de la Renaissance avec le Français Claude Gervaise, réputé pour ses Danceries, ou l’Anglais Giles Farnaby, virginaliste et madrigaliste du temps d’Élisabeth Ire, ou de découvrir Johann Georg Albrechtsberger, compositeur autrichien de la deuxième moitié du XVIIIe, dont les traités de composition exercèrent une influence sur l’évolution du classicisme. Il eut également pour particularité de composer de nombreux concertos pour guimbarde…

Bref, un appétissant programme, riche et plein d’émotion.

Ensemble Mandel

Robert Mandel : vielle à roue, violon en fer, percussion

Judit Andrejszki : chant, clavicymbalum, clavecin, percussion

Gábor Kállay : flûte à bec, flûte en corne, rebec, guimbarde, chant

Zsolt Szabó : vièle, viole de gambe

Roland Szentpáli : serpent, ophicléide

Œuvres de : Hildegarde Von Bingen, archives de la Bodleian Library, Giles Farnaby, Vietoris Codex, Claude Gervaise, Johan Georg Albrechtsberger…

Théâtre de la Ville – Théâtre des Abbesses

31, rue des Abbesses – 75018 Paris

Tél. 01 42 74 22 77. Site : www.theatredelaville-paris.com

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article