Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Arts-chipels.fr

Vittorio Forte. Une exploration en forme de promenade sur les terres du lyrisme.

© DR

© DR

Vittorio Forte aime vaguer sans divaguer sur des territoires peu ou mal connus. Faire entendre la musique autrement. Aller à la découverte de nouveaux horizons. C’est le cas avec le concert qu’il donnera en novembre salle Cortot.

On connaît Vittorio Forte pour ses interprétations sensibles de Chopin ou la manière dont il a su nous faire entendre différemment la musique de Carl Philipp Emanuel Bach, en restituant avec finesse l’ornementation délicate de ses compositions, leur force non exempte de suspens et de ruptures maîtrisées, leur atmosphère préromantique parfois. On le connaît pour les associations audacieuses de ses concerts et de ses disques, faisant se répondre Chopin et Couperin, Liszt et Earl Wild – l’auteur, mais pas seulement, de nombreuses transcriptions pour piano de George Gershwin. Il récidive ici en introduisant Nikolaï Karlovitch Medtner dans un programme qui fait écho et prolonge la réflexion qui le mène de la musique romantique au jazz.

Entre Chopin et Gershwin, Nikolaï Medtner

On connaît peu Medtner, oublié des grandes pages de la musique pour son refus obstiné, dans cette première moitié du XXe siècle, de s’inscrire dans la musique de son temps, cette musique qui fleurit à Vienne au début du siècle, pour sa défense obstinée de la tonalité, de l’harmonie et du contrepoint et pour sa référence aux techniques musicales héritées des maîtres dont il se réclame, Bach, Beethoven et Brahms. A l’écart du courant rénovateur de la musique, il produit une œuvre à contrecourant, postromantique et passionnée, d’une écriture complexe, mélodiquement dense et exigeante. Les Fairy Tales que Vittorio Forte choisit de faire entendre sont autant de poèmes sonores miniatures, discursifs, colorés, lyriques et fantastiques.

De Chopin à Earl Wild et Gershwin

Un siècle à peine sépare le Nocturne op. 9 de Frédéric Chopin de la Rhapsody in Blue de George Gershwin, composée en seulement quelques semaines sur un rythme de roulement de train, qui confère au jazz le rang de musique à part entière, digne de figurer au programme des plus prestigieuses salles de concert. Le fait que la partition de cette « expérience de musique moderne », créée en 1924 avec un jazz band comportant une section de cordes et Gershwin en improvisation au piano, ne fut fixée qu’ensuite rappelle que les musiques des périodes baroques et romantiques, par exemple, laissaient aussi parfois la place à une part d’ornementation non écrite. Tracer le sillon qui les relie permet de matérialiser par l’écoute l’un des chemins parcourus par l’histoire de la musique. Traité par un passionné tel que Vittorio Forte de correspondances pianistiques et d’échos de musique qui se répondent et renvoient l’une à l’autre, c’est tout le charme des réminiscences et des discours croisés qui se profile…

Le mercredi 18 novembre à 20h30, Salle Cortot – 78 rue Cardinet – 75017 Paris

PROGRAMME

F. Chopin : Deux Nocturnes : op.9 n.3 en si majeur ; op.48 n.2 en fa# mineur. 4 Impromptus. Polonaise-Fantaisie op.61

N. K. Medtner : Fairy Tales (Contes de fées) : op.51 n.2 ; op.20 n.1 ; op.51 n.1. 4 Pièces lyriques op.23

G. Gershwin/E. Wild : Summertime (extrait de la Fantaisie sur Porgy & Bess) ; Embraceable You
G. Gershwin : Rhapsodie in Blue (version originale du compositeur)

Places : 35 €. Vente en ligne sur : www.weezevent.com/recital-de-piano-vittorio-forte. Vente sur place à partir de 20h00 le jour du concert

Les autres concerts de Vittorio Forte

  • Dimanche 18 octobre à 19h à Miribel (01)
  • Dimanche 8 novembre à 18h, Gazette Café, Montpellier
  • Dimanche 15 novembre à 16 à Pamiers (09)

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article