Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Arts-chipels.fr

Paradoxal - Les tribulations oniriques d’une rêveuse lucide

Paradoxal -  Les tribulations oniriques d’une rêveuse lucide

Rêve ou réalité ? Réalité ou cauchemar ? Suis-je éveillée, suis–je endormie ? Pourquoi je ne dors pas ? Maryline, journaliste, est une rêveuse lucide, c’est-à-dire qu’elle peut plus ou  moins contrôler ses rêves jusqu’au jour où par un concours de circonstances elle devient insomniaque et ne peut plus rêver. Elle décide alors de s’inscrire dans un programme scientifique d’étude des rêves mais le protocole comprend la prise d’une molécule à tester et là tout commence à déraper…

L’ambition de ce spectacle est de nous emmener dans cet univers onirique en nous faisant toucher du doigt ce rêve lucide qu’un petit nombre d’entre nous pratique, peut être sans vraiment l’appréhender en tant que tel. Les enfants seraient plus susceptibles de le pratiquer mais perdraient en grandissant cette faculté. Cependant, pour la majorité des gens le rêve lucide demeure une expérience exceptionnelle, comme l'affirmait Léon d'Hervey il y a un siècle, mais il peut faire l'objet d'un apprentissage. Ainsi, des hommes célèbres ont pratiqué ce rêve et il est désormais recommandé par certains praticiens pour soulager les phobies et les troubles de stress post traumatique.

L’idée est aussi de nous confronter à cette idée de réalité, de nous faire  douter de nos sens et de nos interprétations car rien n’est plus subjectif que la réalité et l’acceptation que nous nous en faisons. L'une des tâches de notre cerveau est de construire, en tant que conscience, un modèle du monde environnant dont nous faisons l'expérience grâce à nos sens à l’état de veille et  durant le sommeil, principalement à partir de nos " désirs " freudiens, mais aussi nos peurs et nos attentes.

Tout est fait, ici, pour nous emmener dans un labyrinthe à multiples niveaux où le récit se perd entre rêves et réalités, où nos sens sont mis à l’épreuve par tout un arsenal de sons et de lumière, et ainsi, pour nous perdre entre récits et cauchemars et nous laisser douter et de nos sens et de notre compréhension.

C’est un thriller dont l’histoire et les fils nous sont livrés petit à petit, toujours entre rêve et réalité. Les dormeurs rêvent. Ils rêvent qu’ils se réveillent. Ils dorment et  se réveillent. Ils se réveillent et leurs souvenirs se mêlent avec leurs rêves mais petit à petit le fil de l’histoire se dénoue.

La scénographie joue une part essentielle dans cette narration. Elle soutient parfaitement le propos. Le plateau est vide à l’exception d’un bureau, d’une lampe posée dessus et de bouteilles en plastique qui s’accumulent de plus en plus au fur et à mesure du déroulement de la pièce. Ce bureau est notre seul lien avec le monde « réel » il tourne tout autour du plateau, devient central, périphérique, table, lit bureau bref il se métamorphose sans cesse et revient toujours au centre de notre vision.

Marien Tillet est l’auteur, le metteur en scène et le seul comédien, il tient le rôle de Maryline mais aussi celui du médecin, des autres dormeurs et des autres personnages. Bref il se démultiplie et se transforme sous nos yeux avec brio par un changement de lumière ou de positionnement. Il faut souligner sa performance qui n'est pas facile et qu'il assume avec beaucoup de mastria.

Cependant, le discours est un petit peu confus. Est-ce juste un thriller scientifique comme le dit l’auteur ou un plaidoyer pour le rêve lucide ? Ou les deux ? Ce qui est encore plus dommage car la dramaturgie de l’action brouille le propos sur le rêve lucide et l’explication méthodologique sur le rêve lucide casse un peu le suspens du récit. D’autant qu’à la fin de la représentation je ne suis pas sûre d’avoir vraiment envie de le pratiquer J

Mais au final, c’est un spectacle original, superbement mis en scène et superbement interprété.

De et par Marien Tillet
Dispositif sonore Alban Guillemot
Scénographie et lumière Samuel Poncet
Régisseur Simon Denis

Au Théâtre de Belleville
du 03 au 30 novembre.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article