Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Arts-chipels.fr

Insuline et magnolia. Un funambule sur le fil de l’émotion.

© Ludo

© Ludo

Stanislas Roquette, dans ce conte autobiographique qui concerne tout aussi bien sa relation à une morbidité incurable que l’émerveillement de la poésie, réenchante le monde. Quand la maladie devient une formidable leçon de vie.

Pour tout décor, une table, deux chaises et une patère sur laquelle sont pendus un manteau de couleur vive et un béret. Le look adolescent, Stanislas Roquette, l’allure primesautière, nous emmène sans pathos vers un petit cimetière des Alpes. La poésie est là : « Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne… » et les Contemplations de Victor Hugo nous font escorte, au milieu d’autres, pour ce drôle de voyage dans l’histoire de cet auteur-comédien qui entrelace dans une boucle sans fin une double aventure : celle de sa maladie et celle d’une rencontre qui a changé sa vie.

© Ludo

© Ludo

Mettre à distance la maladie

Car à l’adolescence, voici qu’on lui découvre un diabète insulino-dépendant. Se retrouver à quinze ans à devoir tester en permanence son taux de sucre, à se piquer quatre fois par jour à des endroits différents du corps et à observer en permanence un régime sous peine d’aggraver son état et d’accentuer un processus qui pourrait vous estropier à vie, c’est pas franchement drôle. Ça vous isole des autres, ça vous expose aux moqueries en tout genre. Il n’empêche que Stanislas tente de prendre la chose du bon côté. Et son médecin, lorsqu’il lui énonce toutes les contraintes, « positive » et adopte un ton léger, joyeux drille. La mise à distance, c’est la condition de la survie…

© Ludo

© Ludo

Péloponnèse et magnolia

Voici qu’un jour, cependant, ne ressemble plus aux autres. La faute à une fille, Fleur, la bien-nommée, et à son attitude résolument différente. Car Fleur est pétrie de poésie, elle navigue dans d’autres eaux, vit en dehors des codes des jeunes de son âge. Fleur est indifférente aux obligations, elle l’entraîne sur des voies escarpées, lui fait valoir « la chance incroyable de marcher tous les jours à côté de la mort ». Elle l’initie à aller là où il n’est pas nécessaire de comprendre, là où on ne force pas les choses mais qu’on les laisse venir et repartir « comme elles éclosent », là où la réalité n’est plus unique mais multiforme, dessinée au pinceau d’une transcendance qui mène vers l’intérieur. Un univers de mots grigris, évocateurs, de codes sans cesse mouvants, de territoires qui se dérobent pour en faire naître d’autres.

© Ludo

© Ludo

Dans les vertiges de la correspondance

L’auteur-comédien poursuit le voyage. Il évoque leurs parcours divergents mais cependant parallèles, les explosions d’étoiles surgies de nulle part, les nuées qui se découvrent à travers leur rencontre et les échanges épistolaires que mènent, chacun à un bout du monde, les deux protagonistes. Le voyage pour elle, le théâtre pour lui, avec toujours au centre, le chemin du poème où se croisent et font route ensemble des éclopés de la vie, marqués dans leur corps, et d’autres, Baudelaire, Verlaine, Rimbaud et Mallarmé. Stanislas Roquette virevolte, joue tous les personnages, changeant de chaise comme de timbre, utilisant la table comme lit ou comme cachette. Il traverse son enfance, son adolescence et son âge d’homme avec la vivacité et la fraîcheur émerveillée de la découverte du monde caché derrière les choses. Il est juste, vivant, bouillonnant, sensible, drôle, plein d’une émotion retenue que l’humour intensifie et renforce. Une émotion, servie par un jeu impeccable, qui touche au cœur.

© Ludo

© Ludo

Insuline & Magnolia

S Texte et interprétation Stanislas Roquette S Dramaturgie Alexis Leprince S Collaborations artistiques Denis Guénoun, Cédric Orain, Florent Turello, Nil Bosca S Avec la complicité de Guillaume Gallienne de la Comédie Française S Musique originale Christian Girardot (Pierre Simon Chevry, flûte / Anna Simeney, violon / Dominique Miton, alto / Georges Denoix, violoncelle / Christian Girardot, piano) S Mixage et enregistrement Flavien Van Landuyt - Studio le Zèbre S Lumière et Régie générale Yvan Lombard S Costume Gwladys Duthil S Durée 1h20 S À partir de 10 ans S Coproduction Artépo, Maison de la Culture d’Amiens, Maison des Arts du Léman S Avec le soutien de la Compagnie Jérôme Deschamps, de NHC et d’État d’Esprit Productions, ainsi que de la ville de Besançon et du conseil départemental du Doubs Remerciements les Plateaux Sauvages, le Théâtre de la Cité Internationale, la Maison des Arts de Créteil, le Centre des Monuments Nationaux, Les Scènes Sauvages, Le foyer de l’âme, le lycée Jacques Decour, Gilles Jauffret, MJ et JF Peyrol S Stanislas Roquette est artiste associé de la Maison des Arts du Léman, à Thonon-les-Bains S Spectacle présenté les 7 et 8 juin 2022 à 21h au Théâtre de la Reine Blanche, dans le cadre du Festival Phénix

TOURNÉE

Du 8 au 27 juillet 2022 à 14h30, relâche les 14 et 21

Théâtre du Train Bleu - 40 rue Paul Saïn, 84000 Avignon

04 90 82 39 06 et sur place www.theatredutrainbleu.fr

Les 10 et 11 janvier 2023, Maison des Arts du Léman, Thonon-les-Bains

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article