Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Arts-chipels.fr

Ne pas finir comme Roméo et Juliette. Dans le labyrinthe des certitudes arrêtées, rien n’est définitif...

Ne pas finir comme Roméo et Juliette. Dans le labyrinthe des certitudes arrêtées, rien n’est définitif...

Le thème des amours contrariées et tragiques de Roméo et Juliette a été maintes fois décliné. Métilde Weyergans et Samuel Hercule en proposent une version très originale empruntant à la science-fiction, à la croisée du théâtre et du cinéma.

Shakespearien avec ses familles ennemies, revues et corrigées au fil du temps, par des réalisateurs de cinéma ou des metteurs en scène, plus « politique » avec ses dérivés mettant en avant des différences de statut social entre les deux clans ou l’appartenance à des communautés opposées par leur religion, leurs traditions ou leur culture, le thème des amours contrariées aux conséquences funestes n’a cessé d’être repris, remodelé, réactualisé parfois avec des bonheurs divers. Mais toujours, ou presque, l’histoire finissait mal. Métilde Weyergans et Samuel Hercule décident d’en changer les règles du jeu…

© Pierric Corbaz

© Pierric Corbaz

Un mode de récit à la croisée du théâtre, de la musique et du cinéma

À l’entrée dans la salle, on découvre au premier plan une table de ping-pong. Sur les côtés, à cour et jardin, des instruments de musique et des consoles de son. Les comédiens qui entrent en scène ne jouent pas. Ils racontent, et les scènes que leur dialogue évoque ne sont pas celles qu’ils jouent mais ce qui apparaît sur l’écran qui occupe tout le fond de scène. Très vite on est plongé dans cet univers fascinant où le décalage est de règle. Les musiciens illustrent l’action, qui est bruitée en direct par les comédiens. Le bruit du frottement des pas sur le bitume, du clenche lorsqu’une porte est ouverte, du claquement lorsqu’on la referme accompagnent la plainte mélancolique d’une corne de brume recréée avec un instrument à vent pour évoquer le nostalgique appel du large. Les visages des comédiens, tantôt éclairés et tantôt dans l’ombre, accompagnent les évolutions sur l’écran des personnages. Les différents épisodes de l’histoire sont titrés. Ils rappellent les incursions informatives, sous forme de plans texte, du cinéma muet. Mais ici les lettres sont de brume et s’élèvent avant de s’évaporer comme une flamme. Nous sommes déconnectés de la réalité pour cette histoire elle aussi en décalage par rapport au réel.

© Pierric Corbaz

© Pierric Corbaz

Un clin d’œil à H. G. Wells

C’est d’abord un vieillard dont on entend parler. Un ancien champion de ping-pong. Sa fille marche sur ses traces mais la maladie de son père la perturbe. Le vieillard passe ses journées à contempler une mer photographiée, sur son mur. Celle qui se trouve de l’autre côté du pont qu’on ne franchit plus. On ne sait plus pourquoi mais une barrière invisible se dresse là. Lorsque le père et sa fille apparaissent sur l’écran, leur visage est masqué par une cagoule neutre, presque identique, et leurs mains sont gantées. Mais le vieillard dit sa fatigue de toujours se montrer comme il n’est pas. Alors il se dévoile et ôte ses accessoires. On découvre qu’il n’y a rien sous la cagoule. Seulement le vide et le décor qui apparaît au travers. Ils sont invisibles…

© Pierric Corbaz

© Pierric Corbaz

Amour toujours

À la mort de son père, Romy, la jeune fille, décide de réaliser le rêve du défunt et de franchir le pont. Pour voir la mer. Dépouillée de ses vêtements et de son masque, elles est invisible. Là-bas, le monde est différent. On y respire l’atmosphère d’un port industriel, avec les bruits qui l’accompagnent. Mais surtout les gens qui l’habitent sont visibles. Et ce qui devait arriver arrive. Un homme la heurte par mégarde puisqu’il ne peut la voir. Il se nomme Pierre. Ils apprennent à se connaître et à s’aimer. On se promène dans les références filmiques et dans les shakespeariennes. Le chat s’appelle Othello, on découvre, sur les traces du Songe d’une nuit d’été, que « L’amour ne voit pas avec les yeux mais avec l’imagination ». Mais la société veille, avec son content de rationalité réductrice. L’intruse est détectée, poursuivie, le pont s’élève pour séparer les amants. L’homme est mis en accusation par les siens. Comment peut-on aimer l’invisible, aimer ce qui n’existe pas, sinon parce qu’on est malade ?

© Pierric Corbaz

© Pierric Corbaz

Une fable de la différence

Entraînant avec malice le spectateur dans l’éclatement des références et des formes artistiques, ce « ciné-spectacle » plein de ressources et admirablement réalisé engendre une réflexion qui touche à notre vision du monde. La partition entre visibles et invisibles renvoie à l’image, bien réelle, des laissés pour compte de notre société, abandonnés sur la route du « progrès » et de la modernité. Une masse anonyme opposée à ceux qui ont un visage, une stature sociale, qui occupent le devant de la scène. Le pont, c’est la barrière infranchissable qui sépare les nantis de ceux pour qui la vie est un combat de tous les instants pour la survie, à la manière de la lutte que Romy entreprend pour se hisser au rang de championne. Quant à l’amour de Romy et de Pierre, il est à l’image de ce que nous devrions faire : non seulement regarder celui qui est différent avec d’autres yeux, ceux du cœur, mais aussi faire du choix de la diversité – et l’esthétique du spectacle, avec ses formes hybrides, le souligne – le motif d’une rébellion ouverte qui dépasse notre histoire personnelle. Se battre sans céder. Ne pas finir comme Roméo et Juliette.

© Pierric Corbaz

© Pierric Corbaz

Ne pas finir comme Roméo et Juliette

S Texte, réalisation et mise en scène Métilde Weyergans et Samuel Hercule S Musique originale Timothée Jolly et Mathieu Ogier S Avec sur scène Samuel Hercule, Métilde Weyergans, Timothée Jolly, Mathieu Ogier S Et à l’écran : Samuel Hercule, Valentine Cadic, Marin Moreau, Benoit Moreira Da Silva, Katell Jan, Aurélia Petit, Pasquale d’Inca, Chloé Chomis, Louise Pagès... S Assistants réalisation Kévin Soirat, Louise Pagès S Scripte Louise Albon S Image Vadim Alsayed S Décors Victor Melchy S Costumes Rémy Le Dudal S Conception masques Adèle Ogier S Montage Julien Soudet S Effets spéciaux Chadi Abo, Naser Abo / Hecat studio S Direction de production tournage Lucas Tothe S Création sonore Adrian’ Bourget assisté de Nicolas de Gelis S Création lumière Sébastien Dumas S Conception machinerie Frédéric Soria, Dominique Mercier-Balaz, Michaël Dimier S Assistantes mise en scène Pauline Hercule, Sarah Delaby-Rochette S Régie générale Pierrick Corbaz S Régie son Adrian’ Bourget, Eric Rousson S Régie lumière Sébastien Dumas, Ludovic Bouaud S Régie plateau Pierrick Corbaz, Dominique Mercier-Balaz S Spectacle tout public à partir de 12 ans. Durée : 1h25. S Production, Administration Anaïs Germain et Caroline Chavrier S Création octobre 2020 au Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines - Scène nationale S Production : La Cordonnerie. Coproductions : Le Volcan – Scène nationale du Havre; Théâtre de la Ville –Paris; Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines - Scène nationale; Théâtre de Lorient - CDN; maison de la culture de Bourges / Scène Nationale; TANDEM Arras-Douai - Scène nationale; Le Vellein, scènes de la CAPI; Le Maillon, Théâtre de Strasbourg – Scène européenne; Théâtre de la Croix-Rousse - Lyon; L’Onde – Théâtre et Centre d’Art de Vélizy-Villacoublay; Le Quartz – scène nationale de Brest; Le Cratère, scène nationale d’Alès; Escher Theater (Luxembourg). Avec le soutien de La Garance, scène nationale de Cavaillon et la participation artistique de l’ENSATT. Avec l’aide de la SPEDIDAM. S La Cordonnerie est soutenue par le Ministère de la Culture / DRAC Auvergne – Rhône – Alpes, la Région Auvergne – Rhône-Alpes et la Ville de Lyon.

Au Théâtre de la Ville – Les Abbesses – 31, rue des Abbesses, 75018 Paris

Location : www.theatredelaville-paris.com et par tél. 01 42 74 22 77

Du mardi 5 au vendredi 8 octobre à 19h30, et mer. 6 à 14h30, sam. 9 oct. à 15h

TOURNÉE 2021-2022

Scènes & Cinés / Théâtre de l’Olivier, Istres - mercredi 13 et jeudi 14 octobre 2021

Le Phénix, scène nationale Valenciennes - du mardi 19 au vendredi 22 octobre 2021

Les Quinconces et L’Espal, scène nationale du Mans - du mardi 7 au jeudi 9 décembre 2021

Le Vellein, scènes de la CAPI, Villefontaine - mercredi 5 et jeudi 6 janvier 2022

Maison de la Culture de Bourges, scène nationale - mardi 25 et mercredi 26 janvier 2022

Le Théâtre, scène nationale de Saint-Nazaire - mercredi 2 et jeudi 3 février 2022

Théâtre de Lorient, CDN - vendredi 29 et samedi 30 avril 2022

Escher Theater, Esch-sur-Alzette (Luxembourg) - mardi 10 et mercredi 11 mai 2022

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article