Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Arts-chipels.fr

Face à la mère. Un hommage polyphonique, théâtral et musical, en même temps qu’un retour aux sources

Face à la mère. Un hommage polyphonique, théâtral et musical, en même temps qu’un retour aux sources

Construire un spectacle sur un récitatif sans dialogue ni action relevait de la gageure. Pari réussi dans le lyrisme sans pathos qui émane du spectacle et saisit le public.

Dans le noir, seule résonne la musique, comme un lent mouvement rythmé par la batterie qui repose sur une aire de sable, comme un ressac paresseux qui vient lécher la naissance de la terre. Mer et mère se confondent dans cette évocation qui s’établit comme un retour aux sources, un surgissement de la mémoire, une remontée vers les origines. Ils seront trois. Trois comédiens pour porter cette évocation par petites touches fragmentaires. Trois musiciens pour escorter cette symphonie chorale où les voix s’alternent et se répondent, entamant une ode de funérailles qui est aussi un chant de renaissance.

© Gabrielle Voinot

© Gabrielle Voinot

Une histoire familiale troublée

L’histoire, c’est celle de Jean-René Lemoine. Elle se raconte en allers et retours permanents entre passé et présent, sur les routes d’un exil d’abord vécu comme une appartenance à l’ailleurs avant de faire remonter ce lieu ancré dans la mémoire qu’est le pays natal, et avec lui la mère. Un grand-père avocat emprisonné comme opposant aux Duvalier de triste mémoire et l’ombre des Tontons Macoutes, ces volontaires de la Sécurité haïtienne, cette milice paramilitaire inspirée des milices fascistes, une police politique connue pour ses exactions, planent sur le destin de cette famille. Alors que l’enfant a deux ans, ils s’installent à Kinshasa – qui s’appelle encore Léopoldville – au Congo belge, dans un simulacre de vie familiale, avant que ses parents ne prennent des voies différentes et que la mère ne pose ses valises en Belgique, laissant le père rejoindre Kaboul puis Islamabad, et que l’enfant devenu jeune homme ne chemine entre la France et l’Italie avant de s’ancrer à Paris. Un père qui dira plus tard que la mère lui a volé ses enfants et une mère, confrontée à la rébellion de l’adolescence de son fils, qui a « tout raté ». L’auteur dit ses débuts d'enfant « sage », la solitude, le renfermement, l’absence d’amis, une enfance où les encyclopédies tiennent lieu de jouets sous la férule implacable de sa mère, mais aussi la colère et la révolte qui le submergent. Il dira d’elle qu’elle le « détestait d’un amour » mais rendra hommage aux valeurs de courage, de probité, de rectitude et d’intransigeance qu’elle lui inculquait.

© Gabrielle Voinot

© Gabrielle Voinot

Une histoire haïtienne

Haïti reste pour Jean-René Lemoine une inexistence jusqu’à ce que sa mère y retourne. Les Duvalier sont tombés. L’aéroport est devenu « Aéroport Toussaint Louverture » mais la situation ne s’est pas améliorée. Les Mornes, autrefois luxuriants, sont devenus arides. Les lampes à pétrole suppléent aux trois heures d’électricité par jour. Un recteur d’université a eu les jambes brisées. La drogue et la corruption se sont installées. Le chaos et la barbarie sont devenus la norme. La torture et le viol, les hommes transformés en torches vivantes forment l’aliment du quotidien. La mère de l’auteur sera assassinée. Le pays se meurt dans une cacophonie musicale. Quant à l’homme « aux semelles de vent », il retournera dans ce pays qui « ne fait plus partie du monde », même si le vent s’essouffle, que le brouillard ne laisse plus en place que des ombres qui s’effacent.

© Gabrielle Voinot

© Gabrielle Voinot

Un oratorio immobile

Comme une lente mélopée qui nous enveloppe les trois comédiens se relaient. Chœur antique, leurs paroles chantent ensemble ou se répondent, forment un canon où les mêmes phrases, les mêmes mots reviennent avec leur rythme obsédant. Hauteur des voix, chant choral où frappent la force des mots, la poésie de la langue que la musique, lecture évocatoire, accompagne sans la dramatiser, mais avec une justesse. Elle fait remonter à la surface l’éclat implacable de la lumière ou le doux ressac de l’océan et la dureté du présent de l’île, tout à la fois à la fois mythique et réel, transfiguré par les extraits de correspondances que l’auteur fait remonter à la surface et par les éclats de ce présent qui s’invite à la table. Un pays où le sable blond n’a plus rien de la villégiature enchantée des rêves tropicaux mais s’installe dans la longue chaîne de la réappropriation des origines. Et un pari théâtral et musical gonflé mais réussi.

Face à la mère S texte Jean-René Lemoine S mise en scène Alexandra Tobelaim S création musicale Olivier Mellano S avec Astérion (contrebasse), Yoann Buffeteau (batterie), Stéphane Brouleaux, Lionel Laquerrière (guitare et voix), Geoffrey Mandon, Olivier Veillon S scénographie Olivier Thomas S lumières Alexandre Martre S travail vocal Jeanne-Sarah Deledicq S costumes Joëlle Grossi S son Émile Wacquiez

Du 15 janvier au 14 février 2021 du mardi au samedi 20 h 30 dimanche 16 h 30 (horaires sous réserve de modifications. À retrouver sur le site du théâtre)

Théâtre de la Tempête Cartoucherie – Route du Champ-de-Manœuvre – 75012 Paris

Infos et réservations www.la-tempete.fr T 01 43 28 36 36

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article