Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Arts-chipels.fr

Coronavirus an 01, 9e livraison. Cornegidouille ! Il est temps de se remplir la panse !

Profitons du week-end (de la fin de la semaine pour les puristes) pour profiter de ce temps de loisir. Et, comme nous sommes Français, manger et boire sont au programme, bien sûr !

Coronavirus an 01, 9e livraison. Cornegidouille ! Il est temps de se remplir la panse !

Prenons notre mal en patience. Après les considérations sur la peste et le choléra et les « sérieusetés » en tout genre, place à la distraction. Les internautes n’ont pas faibli durant cette période pour laisser vaguer leur imagination à tout ce qu’on rêve de faire, à défaut de vaquer à des occupations plus « responsables » socialement. C’est le moment où, passé le carpe diem bienvenu quoique confiné – on n’a plus d’heure pour se lever ni se coucher, le temps s’est distendu, on redécouvre les petits plaisirs des tâches ménagères (enfin, peut-être) – on rêve d’un pique-nique en plein air dans ce printemps, d’un bon bouquin au soleil, et d’un apéro entre amis.

Coronavirus an 01, 9e livraison. Cornegidouille ! Il est temps de se remplir la panse !

Petit succédané des apéros que nous ne prendrons pas, du moins pas encore, et d’un sujet incontournable de la culture française. De la vigne et du vin.

Le premier domaine qui s’impose lorsqu’on se pique de culture française est celui du divin Bacchus, même si celui-ci est comme on le sait, un affreux étranger – originaire, tout de même, de la Communauté européenne, le pire n’est jamais certain. Au peuple qui a inscrit « La Madelon » et « Boire un petit coup » au nombre de ses classiques, rien d’impossible quand il s’agit de la dive bouteille. Il convient donc de ne pas écarter d’un air dédaigneux de pisse-froid coincé et moralisateur avec des formules du genre « Qui a bu boira » ou « Ivrogne un jour, ivrogne toujours » les grandes œuvres de notre culture nationale…

Voici quelques propositions

Coronavirus an 01, 9e livraison. Cornegidouille ! Il est temps de se remplir la panse !

Ne jetez pas la pierre à celui qui fait les courses. Il n’est pas tous les jours simple de se souvenir de tout…

Coronavirus an 01, 9e livraison. Cornegidouille ! Il est temps de se remplir la panse !

Et lorsqu’il faut choisir entre les multiples ressources qui nous sont offertes en termes d’activités, comment se déterminer ? Les dilemmes sont cornéliens… Alors, sur la plage abandonnée, devant la mer éternellement recommencée… https://twitter.com/i/status/1240211664508801024

Nos amis italiens ne sont pas en reste…

Et l’on se remémore avec nostalgie l’inoubliable causerie antialcoolique de Bourvil, « L’alcool, non, mais l’eau ferrugineuse, oui ».

https://www.facebook.com/Ina.fr/videos/536115983887400/?v=536115983887400

Mais il ne faut pas l’oublier : la France a non seulement du vin, mais aussi des idées ! Témoin ce petit adaptateur astucieux proposé par des comédiens ben d’cheu nous !

De la coupe aux lèvres. Où l’on s’apercevra que la boisson n’est pas la seule valeur fondamentale de la culture française…

Il ne suffit pas de faire claquer sous la langue d’un air appréciateur tel bon vin. Le vin ne serait rien sans ce qui l’accompagne : la bouffe. Bien sûr nous n’avons pas le monopole de la cuisine. Il n’empêche… Pour tous les étrangers, la gastronomie française est le gage d’un art de vivre qui fait la France. S’il est un domaine où la France s’exporte, c’est celui de l’art culinaire. Et d’ailleurs, que font usuellement deux Français lorsqu’ils se rencontrent ? Même à table, ils parlent bouffe, échangent recettes de cuisine et petits trucs, se pourlèchent les babines à évoquer tel petit plat, à s’échanger la manière de mitonner une sauce, à saliver sur les épices à y ajouter, à imaginer des repas pantagruéliques qu’ils ne feront jamais, ligne et santé obligent – le corps médical est là pour nous rappeler à l’ordre…

Coronavirus an 01, 9e livraison. Cornegidouille ! Il est temps de se remplir la panse !

Je ne résiste pas à sacrifier à la tradition en vous offrant quelque matière à saliver. Il semble que notre ami Arcimboldo – c’est un Italien, mais c’est tolérable car la cuisine italienne peut être intéressante – ait fait des adeptes plus ou moins inspirés. Ainsi ces quelques productions de Fruit Art et de légumes Art – peut-être l’amorce d’un nouveau mouvement artistique ?

Coronavirus an 01, 9e livraison. Cornegidouille ! Il est temps de se remplir la panse !Coronavirus an 01, 9e livraison. Cornegidouille ! Il est temps de se remplir la panse !Coronavirus an 01, 9e livraison. Cornegidouille ! Il est temps de se remplir la panse !

La rêverie végétalienne atteint parfois des sommets et devient du grand art…

Coronavirus an 01, 9e livraison. Cornegidouille ! Il est temps de se remplir la panse !

Et, malgré l’absence de fleuriste ouvert, rien n’empêche d’offrir de beaux bouquets…

Coronavirus an 01, 9e livraison. Cornegidouille ! Il est temps de se remplir la panse !

Mais le plus souvent la réalité est moins émoustillante.

Coronavirus an 01, 9e livraison. Cornegidouille ! Il est temps de se remplir la panse !

Les magasins ont été pillés. On s’est rabattu sur ce qu’on a pu, on a fait de nécessité loi et d’ingrédients de peu repas de roi.

Coronavirus an 01, 9e livraison. Cornegidouille ! Il est temps de se remplir la panse !

Autant les rêver en pop art ou en art Tupperware et minimaliste.

Coronavirus an 01, 9e livraison. Cornegidouille ! Il est temps de se remplir la panse !

Et, si vous aimez les mathématiques, ou pour occuper les enfants, cette petite activité éducative avec des grains de riz. Gageons que les désaccords qui surgiront auront de quoi occuper une large part de la journée !

Coronavirus an 01, 9e livraison. Cornegidouille ! Il est temps de se remplir la panse !

On a beaucoup glosé autour de la ruée qui s’est produite, au début du confinement, sur les pâtes, en plus du riz. Si vous tentez d’écluser les trop conséquentes provisions que vous avez ou auriez faites à ce moment et que vous êtes las de les consommer au beurre, au pesto, a la carbonara, à la napolitaine, au fromage ou autre, gardez-vous des hallucinations qui peuvent résulter d'un régime de pâtes forcé…

Coronavirus an 01, 9e livraison. Cornegidouille ! Il est temps de se remplir la panse !

Et attention! Ceci n’est pas une théière ni même une boîte de soupe Campbell…

Si vous ne supportez plus de vous trouver enfermé dans des habitudes alimentaires et un quotidien confiné, rien ne vous empêche de leur régler leur compte comme le fait cette vidéo.

Le temps, pour une fois, vous est laissé de vous livrer à la gourmandise avec ces quelques propositions de layer cakes (cakes à étages pour les non-initiés). De quoi vous venger d’un quotidien trop uniforme ou recréer, avec un appétit féroce et un talent naturaliste hors pair, ce qui vous manque…

Pour en finir avec le vertige de la consommation, un florilège de publicités des années 1970. Les autres décennies existent aussi mais elles n’ont pas la saveur de ces pubs des années post-68 qui leur donnent un léger parfum d’impertinence et de décalé. Toutes ne sont pas géniales mais certaines vraiment savoureuses. 

https://www.youtube.com/watch?v=yDNNM1C14TM&feature=youtu.be et pour les années 1980 (plus tristounes) : https://www.youtube.com/watch?v=a-ESICk9M2U

Coronavirus an 01, 9e livraison. Cornegidouille ! Il est temps de se remplir la panse !

Et, contrairement aux apparences, un peu de sérieux: une pétition concernant l'accès gratuit aux publications scientifiques pendant la crise sanitaire actuelle est proposée par un groupe international de chercheurs...Si vous pensez qu’il est nécessaire que la recherche circule librement de par le monde, allez voir ce site et, si vous le souhaitez, signez cette pétition.

https://freeaccesstoscience.wesign.it/en

Dans nos pages culture aujourd’hui

Coronavirus an 01, 9e livraison. Cornegidouille ! Il est temps de se remplir la panse !

Vous avez, comme à l’accoutumée et comme déjà signalé dans les parutions précédentes, la possibilité de fréquenter arte.tv, les propositions de l’Opéra de Paris, de la Comédie française et de tous les autres. Merci de vous reporter à ces liens déjà fournis.

Coronavirus an 01, 9e livraison. Cornegidouille ! Il est temps de se remplir la panse !

Du côté du Centre Pompidou

Chaque mercredi à 15h, découvrez un film de la collection du Centre.

https://www.centrepompidou.fr/fr/lib/le-cinema-du-musee?utm_source=INFORMATION&utm_medium=EMAIL&utm_campaign=2004%2B-%2BADH%2B-%2BCONTENUS%2BNUMERIQUES%2BCONFINEMENT%2B2

Chaque semaine, une œuvre cinématographique issue des collections du Centre, une occasion inédite de découvrir des films à la croisée des avant-gardes, du cinéma expérimental, du documentaire et du film d’artiste.Chaque film est accompagné d’un commentaire, dune analyse ou d'une mise en dialogue avec dautres œuvres des collections du Musée national dart moderne.

8 avril - 14 avril : La Première partie du roi Henri IV de double V Shakespeare : une analogie (1972) de Joëlle de la Casinière

15 avril -21 avril : Au Printemps (1929) de Mikhail Kaufman 

22 avril - 28 avril : Deux fois (1969) de Jackie Raynal

29 avril - 5 mai : L’Eau de la Seine (1982-1983) de Teo Hernandez

Archives des séances passées :

1er avril - 7 avril: Les Mains négatives (1979) de Marguerite Duras

Et, deep into the works, les collections d’art du Centre : Delaunay, OttoDix, Mondrian, Kandinsky, Léger, Mais aussi Martial Raysse, Beuys, Louis Bourgeois et les autres…

https://www.centrepompidou.fr/fr/Collections/Chefs-d-oeuvre?utm_source=INFORMATION&utm_medium=EMAIL&utm_campaign=2004%2B-%2BADH%2B-%2BCONTENUS%2BNUMERIQUES%2BCONFINEMENT%2B2

Coronavirus an 01, 9e livraison. Cornegidouille ! Il est temps de se remplir la panse !

La Fondation Louis Vuitton propose de découvrir d'anciennes expositions, mais également des concerts, des masterclasses et d'autres surprises prévues par le musée. Et trois rendez-vous chaque semaine, les mercredi, vendredi et dimanche, histoire de ne pas trop consommer d'art d'un coup et d'en avoir sous le pied pour les jours à venir... Toutes les vidéos proposées sont accessibles depuis la page Facebook de la Fondation, ainsi que sur la page YouTube dédiée, et que toutes les photos sont à découvrir sur la page Instagram du musée, avec le hashtag #FLVchezvous

Coronavirus an 01, 9e livraison. Cornegidouille ! Il est temps de se remplir la panse !

Musique, maestro

Quelques nouvelles lâchées sur la Toile de musiciens qui, chaque jour, proposent un morceau de musique différent depuis leur domicile.

La violoniste Rachel Kolly poste chaque jour un morceau de Jean-Sébastien Bach. Pour faire sa sélection :

https://www.youtube.com/results?search_query=rachel+kolly+a+bach+a+day

Le pianiste Kit Armstrong poste chaque jour un morceau de musique classique sur Facebook : http://www.kitarmstrong.com/index.html#6. On y trouve des morceaux aussi divers que la Poule de Jean-Philippe Rameau, l’Ave Maria de Gounod, le Dodo de François Couperin ou les Cloches de Las Palmas de Saint-Saëns. Ce jeune Américano-Britannique d’origine taïwanaise  a racheté à Hirson, dans l’Aisne, une chapelle qu’il a réaménagée en salle de spectacle. Son dernier concert à l’Opéra des Margraves de Bayreuth, retransmis par Arte, propose une sélection d’œuvres liées à l’histoire de Bayreuth, comme la Sonate pour l’album de Madame M. W. (Mathilde Wesendonck) de Wagner. Disponible jusqu’au 24 avril. https://www.arte.tv/fr/videos/088014-000-A/richard-wagner-et-franz-liszt-par-le-pianiste-kit-armstrong/

Le pianiste Christian Chamorel informe de la sortie de son nouveau disque, consacré à Mendelssohn, le 24 avril. Une belle sensibilité au service d’un maître du romantisme allemand. On peut écouter un extrait de l’Étude op. 104 n° 1

(https://www.facebook.com/chrischamorelpiano/videos/3633326683406540/)

Enfin, pour le plaisir – les femmes chef d’orchestre ne sont pas si nombreuses, même si leur nombre tend à croître – la Symphonie n°9 « Du Nouveau Monde » d'Antonín Dvořák, dirigée par Marzena Diakun, enregistrée le 15 mars 2018 à l'Auditorium de la Maison de la Radio (Paris). Ce petit bout de femme a une sacrée pêche et beaucoup de finesse. https://www.youtube.com/watch?v=OV0KkYUa6iA

Et le texte du jour

Coronavirus an 01, 9e livraison. Cornegidouille ! Il est temps de se remplir la panse !

Le Fou, tiré de Gaspard de la Nuit d’Aloysius Bertrand

Un petit gnome diabolique, Scarbo, hante Gaspard de la nuit, sous-titré Fantaisies à la manière de Rembrandt et Callot. Ce recueil est l’œuvre d’un jeune poète dijonnais, Louis Bertrand dit Aloysius Bertrand, considéré comme « petit » romantique, mort phtisique à l’âge de trente-quatre ans dans une extrême pauvreté. Gaspard de la Nuit fut publié à titre posthume en 1842 par l’ami du poète, le sculpteur David d’Angers.

Baudelaire attribue à Aloysius Bertrand l’invention du poème en prose. Les symbolistes lui voueront un véritable culte, Mallarmé témoignera de son admiration. Mais c’est surtout à Max Jacob et aux surréalistes qu’on doit la persistance de sa mémoire. Gaspard de la Nuit inspirera à Ravel de belles pièces pour piano. De cette poésie délicate et ouvragée comme une dentelle précieuse émane une nostalgie à la saveur subtile, entêtante dans son évanescence même.

 

La lune peignait ses cheveux avec un démêloir d'ébène qui argentait d'une pluie de vers luisants les collines, les prés et les bois.

Scarbo, gnome dont les trésors foisonnent, vannait sur mon toit, au cri de la girouette, ducats et florins qui sautaient en cadence, les pièces fausses jonchant la rue.

Comme ricana le fou qui vague, chaque nuit, par la cité déserte, un œil à la lune et l'autre - crevé !

« Foin de la lune! grommela-t-il, ramassant les jetons du diable, j'achèterai le pilori pour m'y chauffer au soleil ! »

Mais c'était toujours la lune, la lune qui se couchait, - et Scarbo monnayait sourdement dans ma cave ducats et florins à coups de balancier.

Tandis que, les deux cornes en avant, un limaçon qu'avait égaré la nuit cherchait sa route sur mes vitraux lumineux.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article