Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Arts-chipels.fr

Le Code Noir. Quand l’esclavage restait à abolir.

© DR

© DR

Cet opéra-comique qui utilise comme ressort dramatique un édit de Louis XIV régissant l’esclavage et la frontière entre hommes libres et esclaves est une curiosité. Le représenter aujourd’hui l’inscrit dans le questionnement sur la négritude développé par nombre de spectacles et d’expositions à la suite du 170e anniversaire de l’abolition de l’esclavage.

1842. Les débats sont vifs autour de la situation des esclaves dans les colonies et de la répression de la traite négrière. La Révolution française avait déjà aboli l’esclavage dans toutes les colonies en 1794, mais Napoléon l’avait rétabli en 1802, hormis à Saint-Domingue où la résistance avait été plus forte. L’esclavage sera définitivement aboli en 1848.

 

Un thème dans l’air du temps

Eugène Scribe s’empare de cette actualité pour lui imaginer une résonance en matière de spectacle. À la différence de nombre de ses œuvres, il rédige lui-même le livret. Un choix singulier pour cet auteur résolument tourné vers la comédie d’intrigue héritée de Beaumarchais, et qui incarne parfaitement les valeurs de la bourgeoisie de son époque. Mais cette bourgeoisie même est imprégnée de voltairianisme et Scribe en est le reflet. Attrape-tout à l’affût des thèmes à la mode dont l'exotisme fait partie, il s’inspire d’une nouvelle de Fanny Reybaud, l’épouse du directeur du journal le Constitutionnel, proche des saint-simoniens, qui conte l’histoire de deux femmes blanches amoureuses d’un même mulâtre. Cette histoire à péripéties multiples se terminera par le mariage de l’une d’entre elles avec Donatien, le sang-mêlé.

 

Une histoire de chassés-croisés amoureux

Le livret de Scribe crée une histoire à tiroirs et à rebondissements successifs qui part de la comédie avant de virer au drame que le coup de théâtre final transforme en happy end. Quelque part dans les îles, Zoé est l’esclave d’une jeune femme avec laquelle elle a été élevée et qui est devenue l’épouse du gouverneur. Elle est amoureuse d’un officier français, Donatien, qui a juré de revenir, au moment même que choisit un débonnaire propriétaire blanc, non conformiste, pour lui proposer le mariage. Il a été amoureux fou d’une femme noire qui par amour a tenté de le tuer et s’est enfuie. Lorsque l’officier revient, il se campe sous les fenêtres de Zoé et sa maîtresse se méprend sur la présence du jeune homme. Le gouverneur de son côté poursuit de ses assiduités une autre esclave qui ne cesse de lui résister, Zamba. Celle-ci s’avérera être la mère de Donatien, ce qui condamne le jeune homme, poursuivi par la vindicte du gouverneur à devenir esclave. Pour ajouter une pincée d’épices supplémentaires, Scribe introduit un noir affranchi par le Bon Blanc, lui aussi amoureux de Zoé, un naïf de service qui se laisse abuser et est le dindon de la farce. Tous les ingrédients de la comédie sont réunis dans le tissu des relations entre les personnages.

Le Code Noir. Quand l’esclavage restait à abolir.

Le Code Noir par où survient le drame

Au moment où Scribe rédige son livret, le Code noir édicté par Louis XIV en 1685, au même moment que la révocation de l’Édit de Nantes, et remanié plusieurs fois est encore en vigueur. Il édicte des règles très précises sur la manière de traiter les esclaves (baptême, mariage, mixte ou non) et en particulier sur le statut des mulâtres, fonction de leur parentalité. Donatien, d’homme libre quand il arrive aux Antilles, devient esclave quand on découvre que sa mère est une esclave, Zamba, et « épave », un esclave sans maître mis en vente, selon les règles du Code, au marché aux esclaves, ce qui l’expose à la vengeance du Gouverneur.

 

Un happy end à portée limitée

Dans le livret de Scribe, si le Code Noir est la source des maux des personnages, c’est aussi celui qui permettra de sortir du drame pour retrouver la comédie. De la même manière, Scribe place dos à dos le Bon et le Mauvais Blanc. Le premier fait éduquer ses esclaves et les affranchit. Le second les opprime et se comporte en tyran. La qualité de « blanc » et de possesseur d’esclaves n’est donc pas en cause. Quant au mariage de Donatien avec Zoé, il reste dans les limites de l’acceptable bourgeois. À la différence de la nouvelle de Fanny Reybaud, on se marie entre gens de couleur… C’est pourquoi l’encadrement de l’opéra-comique, au début par des extraits du Code Noir qui font froid dans le dos, à la fin par un texte d’Aimé Césaire qui vient démentir le côté « harmonieux » des relations Noirs-Blancs, recentre le propos.

Si le spectacle est propre, sans que rien s’en détache vraiment et sans que la musique et le chant ne nous transportent, s’il lui manque le petit grain de folie qui le ferait décoller, on prend plaisir à cette intrigue emberlificotée pleine de saveur. Son intérêt documentaire est de plus évident et le public enthousiaste.

Le Code Noir, opéra-comique d’Antoine-Louis Clapisson, livret d’Eugène Scribe

Direction musicale et artistique Jérôme Correas
Mise en scène Jean-Pierre Baro
Scénographie Cécile Trémolières
Lumières Bruno Brinas
Avec : Marie-Claude Bottius (Zamba), Isabelle Savigny (Gabrielle), Luanda Siquiera (Zoé), Martial Pauliat (Donatien), Jean-Loup Pagesy (Palème), Nicolas Rigas (le marquis de Feuquière, le gouverneur), Jean-Baptiste Dumora (Parquet Denambuc, le propriétaire).
Orchestre : Les Paladins, 16 musiciens

Coproduction : Théâtre des Quartiers d’Ivry, CDN du Val de Marne ; CDBM du Perreux-sur-Marne ; Théâtre de Corbeil-Essonnes ; Opéra de Massy ; Théâtre de Cornouaille, Scène Nationale de Quimper, Centre de création musicale.

Du 7 au 9 novembre 2019

Théâtre de Corbeil-Essonnes – 20 rue Félicien Rops – 91100 Corbeil-Essonnes

Tél. 01 69 22 56 19. Site : www.theatre-corbeil-essonnes.fr

Tournée 2019-20

13 novembre 2019 : Théâtre de Cornouaille, Scène Nationale de Quimper

29 novembre 2019 : Centre d’Art et de Culture de Meudon

16 janvier 2020 : Centre Des Bords de Marne, Le Perreux

31 janvier 2020 : Opéra de Massy

Tournée 2020-21 (en construction...)

Théâtre des Quartiers d’Ivry

Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines, Scène Nationale -

Théâtre de Calais...

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article