Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Arts-chipels.fr

La Gioia. Dites-le avec des fleurs…

La Gioia. Dites-le avec des fleurs…

Pipo Delbono s’est toujours entouré de gueules cassées, d’exclus de la société, qu’il mêle à des comédiens. Comment faire face à la mort de l’un d’entre eux, sinon en faire un spectacle qui célèbrera une joie intérieure et la rage de la disparition, une voie incertaine entre désespoir, déchirement et poésie intense ?

Un homme en ciré rouge, le sourire aux lèvres, un arrosoir à la main, s’approche d’un carré d’herbe au centre de la scène. Il arrose le carré et repart. Noir. En fond sonore résonne la chanson de Bobby McFerrin, Don’t Worry, Be Happy ! Quand la lumière revient, une fleur a poussé. L’homme revient, arrose et repart. Noir. D’autres fleurs surgissent et le manège continue jusqu’à ce que le tapis central soit encombré de ces effloraisons multicolores. Pippo Delbono, l’air sombre, prend le relais. C’est parce qu’il est touché par la mort qu’il a intitulé son spectacle la Joie.

La Gioia. Dites-le avec des fleurs…

Un spectacle hommage

Dès le début, on a été prévenu : ce qui motive le spectacle, c’est la mort de Bobò. Bobò-Vincenzo Cannavacciulo était de tous les spectacles depuis 1995. Sorti par Pippo Delbono de l’asile où il avait subi quarante ans d’internement, microcéphale, sourd et muet, il apportait une note de bonheur et de tendresse qui contrebalançait la fureur quasi sacrée qui anime Pippo Delbono. Épisodes heureux des temps enfuis, avec ces sons si éloignés du langage articulé qui est le nôtre et ces mimiques expressives qui marquaient pour Bobò sa joie d’être libre. Une histoire d’aliéné sorti du cadre pour prendre son envol. Profonde tendresse pour le compagnon de route et l’amour qu’il portait, enracinement des exclus dans le spectacle où anciens SDF côtoient comédiens véritables. Une famille de bric et de broc où une danseuse de tango ondulante comme une houle répondant au doux nom d’Ilaria peut passer des heures à pleurer sur la mise en scène par elle-même de Sophie Calle dans son œuvre plastique.

La Gioia. Dites-le avec des fleurs…

Un raconteur d’histoires

Le monde tel qu’il est, voilà où Pippo Delbono nous entraîne. Dans sa galerie de personnages qui sont avant tout des hommes. Là où celui qui avait tout ne cesse d’être triste. Là où la chanson de charme italienne devient, sous son éclairage kaléidoscopique, la caricature grotesque d’une chanteuse aux gros mollets. Là où la figure de l’horreur s’incarne dans une veuve, toute de noir vêtue, bouche ouverte en un cri silencieux, le visage tordu tel le masque grec de la tragédie. Pippo Delbono casse les cadres de la représentation, il relie la scène à la salle. Il nous entraîne dans les méandres de la folie – « Je fais le fou », dit-il au public, assis sur le bord du plateau tandis que la lumière nous éclaire – dans un monde où règnent avidité, colère et stupidité. Et lorsque la cage se referme, emprisonnant le fou ou prétendu tel, c’est un long hurlement qui déchire l’espace, une plainte sans fin qui s’élève. « Je vais vous raconter l’histoire d’un homme qui ne sentait plus rien / sinon la douleur. »

La Gioia. Dites-le avec des fleurs…

Une perception très fellinienne

Étrange étrangeté et envoûtement sont au rendez-vous. De petits bateaux en papier sur un plateau bleui par la lumière nous entraînent dans un voyage sans fin à travers le monde, « avant le camp de concentration ». Le théâtre accueille « les embarcations qui n’ont pas de route » sur « Notre mer qui n’êtes pas au cieux ». Les personnages semblent tout droit sortis de contes qui se seraient mélangé les pinceaux. Le pierrot-clown blanc est devenu bibendum neutre et souriant, parfois boudeur, les papillons tournicotent en volant sur le chapeau d’une danseuse épaisse en tutu, l’auguste au nez rouge en tricot rayé porte le gâteau d’anniversaire. Chapeaux démesurés, entonnoir-couvre-chef, fraises, robes, rouge toute de cœurs palpitants ou aux couleurs de la nature, travestissements d’hommes en femmes, ballons enfantins traînés par les personnages : on se laisse séduire par cette accumulation poétique qui a tout de l'inventaire déjanté. Cet imaginaire débridé produit un ballet de figures où la mélancolie surgit au beau milieu de la joie, où la rage et la provocation voisinent avec la générosité et la compassion. Une profonde humanité sourd des imprécations, dans un contrepoint cocasse des personnages et du discours. Des cascades de fleurs oniriques noient le désespoir sous leurs oripeaux colorés. C’est dans le théâtre et en marge. C’est dur et doux. C’est traversé de visions, poétique et énigmatique. C’est un moyen de mâtiner l’enfer dans une vision quasi mystique du dépassement de la douleur et de la peur. Bref, c’est comme la vie...

La Gioia. Dites-le avec des fleurs…

La Gioia. Une création de Pippo Delbono (en italien surtitré)

Avec : Dolly Albertin, Gianluca Ballarè, Margherita Clemente, Pippo Delbono, Ilaria Distante, Simone Goggiano, Mario Intruglio, Nelson Laricia, Gianni Parenti, Pepe Robledo, Zakria Safi, Grazia Spinella et la voix de Bobò

Composition florale : Thierry Boutemy. Musique Pippo Delbono, Antoine Bataille, Nicola Toscano et différents auteurs. Lumière Orlando Bolognesi. Son Pietro Tirelli. Costumes Elena Giampaoli

Théâtre du Rond-Point, 2 bis avenue Franklin-Roosevelt – 75008 Paris

Du 1er au 20 octobre 2019, tlj à 21h, sauf les lundis et le 4 oct., dim. à 15h

Tél : 01 44 95 98 00. Site : www.theatredurondpoint.fr

Tournée

28 septembre 2019 - Saint-Pétersbourg / Russie

15 novembre 2019 - Théâtre Era / Pontedera, Italie

17 novembre 2019 - Teatro Delle Muse / Ancône, Italie

20 — 24 novembre 2019 - Comédie De Genève / Genève, Suisse

27 novembre 2019 - Théâtre De Villefranche / Villefranche Sur Saône (69)

30 novembre 2019 - Théâtre Verdi / Pordenone, Italie

3 et 4 décembre 2019 - Le Merlan, Scène Nationale / Marseille (13)

6 et 7 décembre 2019 - Théâtre Molière, Scène Nationale / Sète (34)

10 et 11 décembre 2019 - Les Deux Scènes, Scène Nationale / Besançon (25)

13 décembre 2019 - La Filature, Scène Nationale / Mulhouse (68)

17 et 18 décembre 2019 - Bonlieu, Scène Nationale / Annecy (74)

8-10 janvier 2020 - Théâtre Royal Flamand / Bruxelles (10)

3-8 mars 2020 - Teatro Verga / Catane, Italie

12-15 mars 2020 - Théâtre Piccinni / Bari, Italie

17 mars 2020 - Théâtre Ponchielli / Cremone, Italie

19-22 mars 2020 - Teatro Comunale / Bolzano , Italie

24 mars 2020 - Teatro Comunale / Plaisance, Italie

27 et 28 mars 2020 - Théâtre National / Nice (06)

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article