Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Arts-chipels.fr

La Nouvelle Athènes. Des pianos d’époque romantique en concert et des rencontres professionnelles.

La Nouvelle Athènes. Des pianos d’époque romantique en concert et des rencontres professionnelles.

Les 2, 3 et 4 février 2019, les pianos « historiques » des années 1750-1850 encore en vie seront à l’honneur salle Cortot et à la Maison Heinrich Heine. Une occasion de découvrir des pièces de musique d’époque avec leur sonorité originelle.

Si c’est à la toute fin du XVIIe siècle qu’apparaissent les tout premiers piano forte, c’est réellement au XIXe qu’ils atteignent l’ampleur qui leur permet de devenir des instruments suffisamment riches et sonores pour s’adapter à des salles de spectacle. Entre ces deux périodes, l’instrument lui-même n’a cessé de se modifier et les compositeurs ont utilisé, voire encouragé, les innovations qui ont marqué son évolution. Replacer les œuvres des musiciens de ces périodes en les interprétant avec les instruments pour lesquels ils ont été composés n’a pas que l’intérêt « archéologique » de faire entendre à nouveau ces instruments aujourd’hui oubliés. Il permet de mieux faire comprendre la musique telle qu’elle fut écrite et de faire percevoir les réinterprétations qu’a constitué leur recréation sur des pianos modernes.

L’Angleterre, l’Autriche et la France

Des pianos de ces trois pays seront présents au cours de ces trois journées consacrées au piano romantique, qui offrent des rencontres entre pianistes (étudiants et professeurs), facteurs d’instruments, collectionneurs et restaurateurs consacrées à la technique, aux questions de facture et d’interprétation, mais aussi, pour les soirées, des soirées qui clôturent chaque journée, destinées au grand public. Les instruments sont de facture anglaise avec un piano Longman & Broderip de 1795, viennoise avec trois pianos d’époque différente – un Walter 1803, un Lagrassa 1815 et un Streicher 1847 – et française avec un Erard de 1837 et un Pleyel de 1842. Par leur conception même, ils se situent à une charnière musicale et donnent au répertoire un nouvel élan – quoiqu’encore limité par la technologie de l’instrument – en le libérant des contraintes de leurs prédécesseurs.

Des concerts pour faire entendre les instruments

La première soirée (le 2 février, 20h-23h) aura pour thème les pianos viennois dans la première moitié du XIXe siècle. Sur le Walter 1803, Mozart et Beethoven. Sur le Lagrassa 1815 : Hummel, Czerny et Schubert. Enfin, sur le Streicher 1847, Moscheles (trio avec violoncelle et violon) et Schumann. Le deuxième concert (3 février, 17h-19h30), centré sur Paris en 1830, fera place au Pleyel 1842 (Glinka, avec des variations sur un thème de Mozart, Dussek, Field, Kalkbrenner, Chopin, Carl Maria von Weber) et à un piano Erard 1837 (Chopin et Liszt). À la maison Heinrich Heine, la soirée du 4 février (19h-22h) aura pour thème « L’introduction du piano forte : les Allemands à Paris ». Sur un clavicorde Federici et un Walter 1803, on pourra entendre Eckard, Schobert, CPE Bach ainsi que le Concerto de Schroeter (1760) avec violon et violoncelle et la Sonate K310 de Mozart (avec violon).

www.lanouvelleathenespianosromantiques.com

Programme des 2, 3 et 4 février 2019

  • 2 février, 20h00-23h00, salle Cortot (78 rue Cardinet – 75017 Paris)

Soirée autour des pianos viennois 1800-1850

Sur Streicher 1847 7 octaves, Lagrassa 1815 6 octaves, Walter 1803 5 ½ octaves

Sur le Walter 1803 : Mozart, Sonate en mi min K 304 (2 mouvements) et Variations « Hélas j’ai perdu mon amour » - Florent Albrecht et Chiara Banchini (violon)

Sur le Walter 1803: Beethoven, Sonate n°1 op.2 n°1 - Alain Planès

Sur le Lagrassa 1815 : Hummel, Sonate n°5 op 81, Adagio & Finale - Constantino Mastroprimiano

Sur le Lagrassa 1815 : Czerny, final du Trio pour Flûte, violoncelle et piano - Luca Montebugnoli, Nicolas Bouils, Amaryllis Jarczyk, Ensemble Hexameron

Sur le Lagrassa 1815 : Schubert, Klavierstücke D 946 n1 & 3 op. posthume - Edoardo Torbianelli

Sur le Streicher 1847 : Moscheles, Trio violon, violoncelle piano - Luca Montebugnoli

Sur le Streicher 1847 : Schumann, transcriptions de lieder (Liszt…) - Laura Fernandez Granero

Sur le Streicher 1847 : Schumann, Fantäsie Stucke n°1 & 3 - Laura Fernandez Granero & Patrick Langot

  • 3 février, 17h – 19h30, salle Cortot (78 rue Cardinet – 75017 Paris)

Paris 1830

Sur Pleyel 1842, Erard 1837

Sur le Pleyel 1842 : Alexei Lubimov : Mikhail I Glinka (1804 -1857) Variations On A Theme By Mozart, Jan Ladislav Dussek La Mort de Marie-Antoinette op 21, Field 2 nocturnes,

Sur le Pleyel 1842 : F. Kalkbrenner, andante quasi adagio de la Sonate op.76 – Montebugnoli&Torbianelli

Sur le Pleyel 1842 : F. Chopin, finale du Trio op. 8 - Benjamin d’Anfray, Etienne Espagne, Lucie Arnal, Jeanne Mendoch ; une mazurka transcrite pour voix et piano et C. M. Von Weber, air d'opéra (Der Freischütz) - P. Viardot.

Sur le Erard 1837 : 1er  mouvement sonate Chopin et duo Liszt - David Violi & Pauline Buet (I Giardini)

Sur le Erard 1837 : Andante Spiniato et Grande polonaise brillante op 22 - Olga Pashchenko

  • 4 février, 19h – 22h, Maison Heinrich Heine (Cité internationale universitaire de Paris 27 C, Boulevard Jourdan – 75014 Paris)

L’introduction du piano forte – les Allemands à Paris (1750-1800)

Sur Clavicorde Federici, Walter 1803

Clavicorde ou Walter : pièces de Eckard, Schobert - Aurélien Delage

Clavicorde ou Walter : deux Fantaisies de CPE Bach,« Méthode de Bach Ricci 1786 » - Daria Fadeeva

Walter 1805 : Concerto de Schroeter 1760 - Philippe Grisvard (piano forte), A.Piérot etChiara Banchini (violons), Gulrim Choi (violoncelle)

Walter : Mozart, Sonate K310 composée à Paris - A.Zylberajch (pianoforte), A.Piérot (violon)

Walter : Mozart, Fantaisie en ut mineur - Tanguy de Williencourt 10 mn

Walter : Haydn, Trio en ré majeur - Aurélien Delage flûte, Alice Piérot, Annabelle Luis (violoncelle), Aline

Zylberajch (piano forte)

Commentaires Tableau / Musique : Anne Delage

Réservations et tarifs sur :

https://www.weezevent.com/festival-la-nouvelle-athenes

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lenoir 18/01/2019 09:14

Quelle excellent idée de faire jouer les oeuvres pianistiques sur les instruments anciens. On a beau être au numérique rien ne vaut l'instrument mécanique.