Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Arts-chipels.fr

Dans ton cœur. Un spectacle réjouissant pour petits et grands

Dans ton cœur. Un spectacle réjouissant pour petits et grands

Le cirque contemporain a fait exploser les limites traditionnelles du cirque pour s’aventurer sur les terres du théâtre et de la pantomime. Dans ton cœur concilie pour notre plus grand bonheur l’émerveillement circassien qui vient de l’enfance et une situation théâtrale qui s’apparente à la vie quotidienne.

Il et Elle se sont rencontrés au travail et c’est le coup de foudre. Ils font des enfants, un puis deux. Mais la lassitude s’installe. Elle rêve d’un ailleurs, d’un beau garçon volant dans les airs. Lui s’encanaille auprès d’une créature qui joue avec les hommes. Bientôt c’est la bagarre à l’intérieur du couple, la séparation avant, happy end oblige, la réconciliation finale et l’apothéose qui la suit.

(c) Richard Haughton

(c) Richard Haughton

Une trame théâtrale …

L’argument pourrait être celui d’une pièce de théâtre boulevardière, d’un roman de gare ou d’un roman photo. Passé au filtre des moyens du cirque, il devient une réjouissante comédie humaine, assez déjantée. La suite de numéros qui composent habituellement le menu du cirque, développés par chaque artiste dans sa partie, laisse ici place à une trame dans laquelle chaque numéro vient se fondre. Dans l’espace circulaire de la piste, débarrassé de l’aire sablonneuse qui servait traditionnellement pour les numéros équestres, s’installent les objets du quotidien : micro-ondes, frigos, tables, machine à laver… Mais les voici détournés de leur usage. Les comédiens acrobates se coiffent de la machine à laver. Le micro-ondes, où Elle (la voltigeuse), le portable à l’oreille, place biberon après biberon pour les réchauffer devient l’emblème de la routine du quotidien. La poussette et le porte-bébé qui s’ajoute à la deuxième naissance sont le signe de cet envahissement des enfants qui peu à peu éloigne le couple. Lorsqu’Il rentre, les enfants en cortège, au traditionnel baiser qui les faisait s’envoler succède le baiser qu’Elle donne à l’enfant qu’Il transporte. L’évocation de la vie quotidienne est irrésistible.

(c) Richard Houghton

(c) Richard Houghton

Des numéros circassiens

Les numéros de cirque n’en sont pas moins présents : séquences clownesques où seuls les mouvements des pieds, derrière un matelas qui forme un mur opaque, suggèrent les ébats amoureux, voltige de la femme qui passe de mains en mains tandis qu’au-dessous, les matelas suivent sa progression au cas où elle chuterait, sauts périlleux, portés acrobatiques qui la font passer de mains en mains ou cheminer d’épaules en épaules… On s’ébahit devant la quantité de travail nécessaire à ces numéros millimétrés, devant l’exploit quotidien et les heures d’entraînement qu’ils représentent. La musique, composante essentielle du cirque, joue son rôle. Mais foin de l’ambiance de fête foraine de la musique traditionnelle de cirque ! La musique est jazz, rock, vibrante, elle épouse les situations, les accompagne et les souligne. Perchés sur les piliers qui soutiennent le chapiteau, les musiciens encerclent la piste, ils sont partie prenante de l’action qui s’y déroule. L’ensemble est mené sans temps mort, les situations s’enchaînent avec une urgence frénétique.

(c) Richard Haughton

(c) Richard Haughton

Cher public !

Pas de Monsieur Loyal, on l’aura compris, puisque le cirque se mêle à la trame dramatique. Le public n’en est pas moins présent comme une composante essentielle. Les artistes circulent même parfois au milieu d’adultes de tous âges, accompagnant ou non des enfants, et de classes surexcitées que les accompagnateurs contiennent à grand-peine. On rit du concert de claques, souligné par les percussions, que se balancent, en pleine scène de ménage, les deux protagonistes et qui les font valser sur les épaules des porteurs, on se demande comment tout ça va finir. On s’ébaubit de voir l’homme tenir dans une machine à laver que se renvoient les porteurs et dont il n’arrive pas à sortir. Et lorsqu’Il se laisse séduire par la créature démesurée aux allures de star toute ruisselante de paillettes et qu’elle l’entraîne sur un plateau surélevé au-dessus de l’entrée des artistes pour une folle nuit d’amour, les enfants se déchaînent lorsque les projecteurs éteints jettent un voile pudique sur les ébats. « Rallumez !, on veut voir ! », hurlent-ils.L’ambiance est chaude, l’excitation dans toutes les têtes. Et même si la situation est dramatique, si elle nous parle des petits travers de la vie quotidienne parfois pas roses du tout, on rit parce qu’on est au cirque et que de cette comédie humaine qui, finalement, ressemble à s’y méprendre à notre vie, il vaut mieux rire…

(c) Richard Haughton

(c) Richard Haughton

Dans ton cœur – Compagnie Akoreacro

Mise en scène : Pierre Guillois, assisté de Léa de Truchis

Scénographie circassienne : Jani Nuutinen/Circo Aereo assisté de Alexandre De Dardel

Soutien aux techniques de cirque : Fabrice Berthet et Yuri Sakalov

Regard chorégraphique : Roberto Olivan

Avec : Claire Aldaya (voltigeuse), Romain Vigier (acrobate, porteur), Maxime Sole (acrobate, trapèze Washington), Basile Narcy (acrobate, porteur, jongleur), Maxime La Sala (porteur cadre), Antonio Segura Lizan (voltigeur), Craig Dagostino (porteur, acrobate), Joan Ramon Graell Gabriel (porteur, acrobate), Vladimir Tserabun (contrebasse, violoncelle, basse), Eric Delbouys (batterie, percussions, guitare), Nicolas Bachet (saxophone, acrobate), Johann Chauveau (clavier, flûte)

À l’Espace cirque d’Antony (Théâtre Firmin Gémier)

Rue Georges Suant – 92 Antony

Tél. 01 41 87 20 84. Site : www.theatrefirmingemier-lapiscine.fr

Du 25 janvier au 10 février

Horaires variables en matinée et en soirée.

En tournée

12-17 mars 2019 : TOURNAI (Belgique) Festival La Piste aux espoirs

28-31 mars 2019 : BEGLES Ville de Bègles

4-10 avril 2019 : BOULAZAC L’Agora, Pôle cirque de Boulazac

2-8 mai 2019 : LA ROCHELLE La Coursive, Scène nationale

15-26 mai 2019 : PARIS La Villette, Espace chapiteaux

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article