Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Arts-chipels.fr

La première Fête de l’enfant au Théâtre de la Ville. Pour rêver, imaginer penser

La première Fête de l’enfant au Théâtre de la Ville. Pour rêver, imaginer penser

Le dimanche 25 novembre, à l’Espace Cardin, les enfants sont invités à découvrir les coulisses de la création. De 10h à 19 heures non-stop, seize rendez-vous jalonneront la journée. Théâtre, danse, activités graphiques, photo-reportage, lectures, réalité virtuelle… à faire soi-même ou à partager. Il y en a pour toutes les envies, et c’est gratuit !

Le Théâtre de la Ville a imaginé, avec Télérama, une journée entière pour rapprocher les générations et instaure un dialogue entre acteurs et spectateurs, artistes et citoyens, fussent-ils en culotte courte… Plus de vingt artistes de toutes disciplines et des pays les plus divers animeront l’ensemble de la journée.

En réalité virtuelle, à l’aide d’un casque qui restitue tout un univers visuel et sensoriel, l’équipe Ex Machina, sur une idée de Bibliothèque et Archives nationales du Québec, invite tout au long de la journée les spectateurs à explorer en réalité virtuelle dix bibliothèques réelles ou imaginaires à travers une forêt où l’on s’immerge dans l’univers mythique de la bibliothèque.

Côté musique, le jeune percussionniste iranien virtuose Nahid Shanbehzadeh initiera les jeunes aux sonorités du Golfe persique (Salon de musique, 10h). Des lectures mêlant musique et texte leurs seront aussi proposées par Fabrice Melquiot (Studio, 14h), auteur artiste associé qui invente pour la circonstance un dialogue texte-musique avec un enfant choisi au hasard dans l’assistance pour participer à la performance, et par Abd Al Malik (Studio, 15h30) qui présente cinq récits issus de la littérature africaine, afro-américaine et mondiale  qui abordent aussi bien la question des enfants-soldats que la place de l’homme noir dans la mondialisation. La musique achèvera la journée avec la boum électro de Loulou et Pollux (grande salle, 16h30)

D’autres histoires s’inviteront à la fête. Au Studio à 11h, J’ai trop d’amis de David Lescot mettra en scène un enfant confronté au choc de l’entrée en 6e avec toutes ses nouveautés, et à la manière de gérer cet événement majeur du parcours de l’enfance. En salle d’exposition, à 15h, Samuel Gallet et Fabrice Melquiot inviteront les enfants à improviser, aidés par un comédien.

La danse sera présente dans le hall de l’Espace Cardin (11h) avec Johanna Faye qui propose une forme chorégraphique métissée, très personnelle en même temps qu’universelle, mais aussi dans la Grande Salle (15h) avec W.A.M. We Are Monchichi de Honji Wang et Sébastien Ramirez qui inventent, avec Fabrice Melquiot, un dialogue plein d’humour, de légèreté et de facétie et une dramaturgie associant un B-Boy italien et une danseuse taïwanaise.

L’image et les arts graphiques s’exprimeront à travers une initiation à la peinture à l’encre de Chine (pour enfants et parents), dans la salle d’exposition à 13h, animée par la compagnie Stereoptik, deux hommes-orchestre qui fabriquent des films mêlant dessin, théâtre d’ombres et musique au vu du public. Les enfants manipuleront formes et couleurs sous la conduite d’Amélie Veyssière sur le thème de la transposition graphique des traits de caractère. Et dans la Petite Salle (à 12h et 18h) sera projeté un court métrage de Mohamed El khatib, la Dispute, qui fait suite à des entretiens dans les écoles auprès d’enfants de 8 ans pour savoir ce qui les préoccupe dans leur vie quotidienne. Quant au Reporters en herbe, sous la conduite de Meyer (Tendance floue), ils  réaliseront, au cours de trois ateliers (10h, 13h, 15h30) un reportage sur les activités en cours et recouvriront dans le hall du théâtre un mur de photos du work in progress.

Place à la réflexion avec, pour les enfants, un atelier philo animé par Olivier Nison (tente dans le jardin, 14h) pour une découverte du monde des idées sur le thème de « Qu’est-ce que grandir ? ». Pour les parents (11h, petite salle), une conférence par Julie Pagis, une sociologue, chercheuse au CNRS, sur les perceptions par les enfants du monde social et de la politique.

Du festif, par-dessus tout. Outre la multitude d’activités ludiques proposées et la boom, le plaisir des papilles est également au programme : brunch sous la tente dans le jardin à midi et goûter en fin de party.

Inscriptions sur : https://www.theatredelaville-paris.com/fr/spectacles/saison-2018-2019/temps-forts/la-fete-de-lenfant

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article