Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Arts-chipels.fr

Solo de Brice Leroux ou la persistance de l'illusion comme réalité scénique

Solo de Brice Leroux ou la persistance de l'illusion comme réalité scénique

Presque vingt ans après la création de Drum-sol, Brice Leroux revisite cette pièce de son répertoire dans un spectacle étrange, inclassable, dérangeant et intrigant.  Il est aidé à la direction artistique par Violetta Vitanova et à la création musicale par Mathieu Diemert.

C’est plus proche du Happening que de la représentation artistique. C’est un moment d’expérimentation où le spectateur est partie prenante de l’expérience, où nos sens sont sollicités et abusés pleinement. L’illusion, la perception et l’interprétation sont au cœur du processus théâtral.de Brice Leroux qui travaille depuis toujours sur la perception du temps et du mouvement dans une démarche minimaliste et envoutante basée sur la répétition qui crée des « fantômes »  et des illusions que nous interprétons chacun probablement différemment.

Il joue pleinement sur les effets lumineux que la persistance rétinienne et la répétition crée et accentue pour nous emmener dans une illusion de réalité où rien n’est sûr, ni figé, où ce que l’on croit voir n’est peut-être pas là et où ce que l’on croit percevoir est une interprétation circonstanciée de nos illusions. Bref tout est factice et fluctuant.  Tout est fabriqué par les mouvements hypnotiques du danseur et par les jeux de lumières savamment orchestrés. Nos sens sont abusés définitivement dans des interprétations non fiables et nous entrainent dans un monde illusoire dont nous ne sortons pas indemne. Tout comme la scénographie, la musique a été renouvelée et s'appuie sur une composition originale du danseur. Un rythme de percussions allant crescendo  accompagne les mouvements du danseur.

C’est aussi une interrogation sur l’apparence et la réalité de nos sens que nous pouvons flouer, tromper à loisir Chacun voit  une pièce différente en fonction de son ressenti et de sa perception. et ainsi on peut se demander  qu’est-ce que la réalité ? Et si l’on en croit la physique quantique, elle serait  multiple dans tous les sens du terme et changeante à chaque instant, elle serait kaléidoscopique. Elle est énergie pure et ce que nous voyons n’est qu’une interprétation.de nos sens. Brice Leroux serait-il en train de nous donner à voir une facette de notre interprétation de cette  réalité illusoire ?

Cependant, il me semble que le spectacle d’aujourd’hui mars 2018, a un format un peu trop court, 35 minutes, et est encore en recherche. On sent de belles possibilités. et je dois avouer  que je suis restée un petit sur ma « fin ».
 

A noter, l’introduction de la « La Pellicule Ensorcelée ».  
Le spectacle au Manège de Reims,  commence au cirque par une introduction savoureuse de Jérôme Descamps, « La Pellicule Ensorcelée ».  IL nous fait découvrir et même manipuler  le zootrope et nous présente des projections de chronophotographies (mouvement par des photographies répétées et très rapides) d’Etienne-Jules Marey et nous  projette Hypnotic de Johanna Vaude illustrant le phénomène de la persistance rétinienne.
Cette première partie, avec son aspect « documentaire » conférence est une très belle mise en bouche au spectacle SOLO de Brice Leroux.

Création du 14 au 17 mars 2018 ADC Genève
20 mars 2018 manège scène nationale Reims
17 mai 2018 Espaces pluriels, Scène conventionnée de Pau

10 et 11 mai 2019, Théâtre 71, Scène nationale de Malakoff

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article