Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Arts-chipels.fr

Lorenzaccio d’Alfred de Musset mise en scène par Catherine Marnas.

Lorenzaccio d’Alfred de Musset mise en scène par Catherine Marnas.

Catherine Marnas relève magnifiquement le défi improbable de mettre en scène cette pièce « épique » d’Alfred de Musset, 80 personnages, 30 décors… C’est un véritable travail d’orfèvre car avec seulement huit comédiens talentueux et plein d’énergie, certes,  un seul décor et un seul accessoire, elle nous restitue ce drame romantique et politique en 2 heures.

Le travail de mise en scène commence par une modernisation des costumes créés par Edith Traverso et Catherine Marnas, c’est un subtil mélange de carnaval burlesque et de dress code « casual », les acteurs passent de l’un à l’autre parfois sur scène  sans s’arrêter de jouer. Les maquillages de Sylvie Cailler, à l’identique participent de ces aller-retours en étant parfois outranciers et carnavalesques.

Le premier personnage qui nous accueille est Lorenzo en habit de Bure qui arpente la scène de long en large silencieux pendant toute l’installation du public. Puis, dès les premiers instants du spectacle qui démarre à un rythme effréné il fait tomber l’habit, s’affuble d’une perruque blonde et mime un guitariste hard rocker. Bref une métamorphose immédiate en Lorenzaccio.

Ce parti pris de modernisation est également pleinement assumé avec le décor et la scénographie de Céline Léna et Catherine Marnas. Un décor sobre et minimaliste, tout  noir avec une estrade rouge ayant un escalier à chaque extrémité et un fond de scène à moitié caché par un rideau plastique  permet par cette ingéniosité scénique de porter toutes les différentes parties de la pièce sans changement. Ainsi les scènes se passent indifféremment à l’intérieur ou à l’extérieur avec l’arrière scène qui est à  l’inverse l’extérieur ou l’intérieur. Les jeux de lumière, seuls éléments travestissant l’espace sont de Michel Theuil. Le seul accessoire est une immense  banquette à roulette que les comédiens poussent, tournent, roulent au gré de la mise en scène. 

Il faut également nommé ces comédiens qui nous délivrent cette performance avec beaucoup de  talent et d’énergie. Ainsi, Julien Duval joue le duc, Jules Sagot, Lorenzo, Bénédicte Simon, la marquise Cibo et également, Clémentine Couic, Zoé Gauchet, Francis Leplay, Franck Manzoni et Yacine Sif El Islam qui interprètent tous les autres personnages.

 

Lorenzaccio d’Alfred de Musset mise en scène par Catherine Marnas.

On est à  Florence en 1537 sous la domination des Médicis. La pièce écrite en 1834 raconte l’histoire de l’assassinat d’Alexandre de Médicis et de l’avènement de Cosme de Médicis. Alfred de Musset reste assez près de la vérité historique. Ce texte à l’origine n’était pas fait pour être joué mais lu d’où cette complexité. .

Alfred de Musset nous offre un drame profondément  romantique avec un héros qui sacrifie sa vie et son honneur pour son idéal. Au contact de ses corrupteurs il va perdre ses illusions et sa foi en l’homme et ainsi il fera le sombre pari que l’humanité ne saura pas disposer d’elle-même et que la tyrannie abolie n’amènera pas la liberté et la république mais engendrera  une autre tyrannie.

Ce drame est également profondément politique. Alfred de Musset  analyse avec cynisme et pertinence les rouages du pouvoir et de la corruption qui gangrène toute volonté de changement. C’est l’histoire de la lâcheté humaine sur laquelle s’appuient toutes les dictatures et les autocrates. Il a également une vision extrêmement pertinente des rôles masculin et féminin de la société et du mécanisme de la mise à l’écart des femmes de toute prise de décision publique et politique. Sûrement l’influence de George Sand ;-)

A voir absolument

Au théâtre de l’Aquarium
du 26 septembre au 15 octobre

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article