Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Arts-chipels.fr

Nature morte dans un fossé De Fausto Paravidino

Nature morte dans un fossé De Fausto Paravidino

Quatre heures du matin.
Quelque part entre Milan et Turin.
Une route droite et déserte.
Dans un fossé, Boy découvre le cadavre d'Elisa Orlando.

 

C‘est donc un polard ! Un flic mène l’enquête ! J’ai vu ce spectacle avec un amateur de polard et il a trouvé le meurtrier assez vite !!!  Il parait que c’était évident… Moi,  je suis tombée dans le panneau et je n’ai rien deviné.

C’est une suite de monologues, chaque personnage raconte ce qu’il est en train de faire ou de vivre, chacun à son tour. Très rarement, plusieurs personnages jouent ensemble. Cette forme de narration est un peu déroutante au début mais au final accentue le sentiment de décalage des personnages. Ce sont ces  histoires dans l’histoire qui donnent une impression de solitude, de mal être. On est face à des personnages mal traités par la vie et qui traînent leur souffrance en s’étourdissant soit avec trop de travail, soit avec la drogue ou le sexe. Tous sont en quête d’un quelque chose, d’un ailleurs dont ils s’éloignent plus qu’ils ne s’en approchent.

La mise en scène de Céline Lambert utilise la vidéo sur un grand écran en fond de scène. Différents décors sont projetés mettant les scènes en situation. Quelques accessoires très simples, un fauteuil de voiture, une table quelques chaises ajoutent à la sobriété et au dépouillement.

Si quelques spectateurs ont beaucoup rient moi pas vraiment mais je n’en ai pas pour autant mal aimé cette pièce, bien que la première scène soit plus vulgaire que trash.

Les comédiens sont Gwanaelle Herault, Romain Pirosa, Melchior Carrelet, Mehdi Harad, Raphaël Beauville et Isabelle Couloigner dont je tiens à souligner la performance.

 

La manufacture des Abesses

du 11 mai au 11 juin 2017, les jeudis, vendredis et samedis à 21h et les dimanches à 17h

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article