Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Arts-chipels.fr

50 nuances plus sombres – et toujours pas de cinéma

50 nuances plus sombres – et toujours pas de cinéma

Deuxième volet de la trilogie dEL James, Cinquante nuances plus sombres porte à l'écran une amourette supposément érotique entre un millionnaire aux penchants SM et une brunette tendance littéraire.

 

Dans le premier opus, Anastasia quittait Christian pour en finir avec son sadisme destructeur.  50 nuances plus sombres et quelques mois plus tard, le millionnaire a changé et semble décidé à la reconquérir

 

Parmi les nombreux problèmes du film, le premier est dordre scénaristique. Alors que les dilemmes sont existentiels (Christian saura-t-il dépasser le complexe dŒdipe à lorigine de ses tendances SM ? Ana souvrira t-elle au plaisir des boules de geisha?), chaque enjeu dramatique potentiel est résolu en moins de dix minutes. La reconquête, sans être un filon narratif particulièrement novateur, promettait un minimum de piment. Mais non. Le film dure deux heures, autant de rebondissements incongrus (et de prières pour quils cessent) que connaît lhistoire. Question interprétation, Jamie Dornan menace dexploser sa chemise à chaque respiration et Dakota Johnson se mord les lèvres. En continu.

Vous avez dit érotisme ?

Cétait lambition du film : exciter les ménagères de moins de cinquante ans en imitant le succès du livre. Le résultat est dune extrême platitude, à la croisée du spot Durex et de laffiche Wonderbra. Saturés par une musique mièvre, les ébats du couple sont plus prétexte au catalogue daccessoires (et de douteuses idées cadeaux) quaux fantasmes érotiques.  Cest là une tendance forte du film, confortablement installé dans son imagerie capitaliste et ses messages rétrogrades. Car tandis que Christian apprend à contrôler ses pulsions, Anastasia découvre quune petite fessée vaut bien toute lindépendance du monde. Illustration apothéotique : Christian fait perdre son travail à lagresseur dAnastasia dun simple coup de fil. Moralité : elle qui ne voulait pas que son mec rachète la maison dédition où elle travaille a bien fait de ne pas trop lutter. Elle aurait du porter plainte et se battre par ses propres moyens, et puis surtout, elle naurait pas obtenu le poste de son patron harceleur !

 

Dans ce plan marketing intégriste, le délire SM est une pathologie, les « dominatrices » des salopes (pauvre Kim Basinger), la famille un havre de paix et largent une garantie. Et comment croyez-vous que ça se termine ? Par une demande en mariage, pardi !

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article