Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Arts-chipels.fr

L’Ensemble Diderot. Redécouverte du répertoire français du XVIIIe siècle

L’Ensemble Diderot. Redécouverte du répertoire français du XVIIIe siècle

L’Ensemble Diderot n’est pas seulement un ensemble de grande qualité, enthousiaste et pétulant, salué par la critique en particulier en raison des performances au violon de Johannes Pramsohler. Il nous offre aussi la possibilité de redécouvrir des morceaux « endormis » sur les rayonnages des bibliothèques que David Leppan tire de l’oubli pour notre plus grand plaisir.

Si les grands motets et les sonates de Jean-Joseph Cassanea de Mondonville sont largement connus – il a apporté au genre du grand motet, dominant avant la Révolution, une couleur et un dramatisme remarquables – il n’en va pas de même avec ses sonates en trio, parues en 1734. De ce jeune homme surdoué, le duc de Luynes disait qu’ « il joue du violon d’une façon singulière et passe pour être au pair de ce qu’il y a de mieux. »

Jean-Marie Leclair, quant à lui, d’abord danseur et maître de ballet, fut le plus éminent violoniste de son temps. La difficulté étourdissante de ses compositions pour le violon explique sans doute en partie qu’il ne soit pas davantage joué. La Sonate pour deux violons, proposée par l’Ensemble Diderot, était un pur enchantement. Enfin, Michel Blavet, qui fut le plus fameux flûtiste de la première moitié du XVIIIe siècle, surintendant de la musique du comte de Clermont, Grand Maître de l’ordre des Francs-Maçons, fut l’un des premiers Français à écrire des concerti dont seul, aujourd’hui, nous est parvenu le Concerto à quatre parties.

Les grands enjeux musicaux de cette période sont mis en lumière ici. Il convient de rappeler qu’avec la Régence, une relative liberté d’expression s’introduit dans la musique et favorise l’apparition de formes nouvelles, de la sonate et du concerto. Les influences françaises et italiennes cohabitent tout au long de ces morceaux : à la légèreté de la fugue italienne répond la gravité plus grande de la musique française.

SF

 

Le Parnasse français. Musique de chambre virtuose

Ensemble Diderot

Johannes Pramsohler (violon), Roldan Bernabé (violon), Gulrim Choi (violoncelle), Kristen Huebner (flûte), Philippe Grisvard (clavecin)

Jean-Marie Leclair (1697-1764), Ouverture en la majeur op. 13 n° 5 et  Sonate pour deux violons sans basse en sol mineur op. 12 n° 5

Jean-Joseph Cassanea de Mondonville (1711-1772), Sonate en trio en ré majeur op. 2 n° 6 et Sonate en trio en do mineur op. 2 n° 3

Michel Blavet (1700-1768), Concerto à 4 parties en la mineur

Sergueï Rachmaninov, Sonate pour piano n° 2 en si bémol mineur, op. 36

13 décembre 2016

Goethe Institut, 17, avenue d’Iéna – 75016 Paris

Tél. 01 44 43 92 30

www.goethe.de/paris

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article